Blog

Article posté le jeudi 30 juillet 2020

Mieux vivre en couple grâce à la sagesse toltèque (2)

« Quoiqu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle ». Alors que le premier accord toltèque nous invitait à soigner notre façon de communiquer, ce deuxième accord  nous propose une manière originale de réagir aux propos d’autrui. Voyons comment cela pourrait s’appliquer dans notre vie de couple …

PRENDRE DU RECUL

Nous faisons souvent une affaire personnelle  des agissements de notre partenaire. Nous nous indignons, nous nous lamentons, nous nous sentons visés. Or, ce que l’autre vit, dit ou comment il réagit a souvent  beaucoup plus à voir avec lui qu’avec nous. Chacun vit dans sa bulle de réalité, dans un monde  qu’il s’est  créé en fonction de son  éducation et de ses expériences de vie. Celles-ci vont déterminer ses croyances, ses valeurs mais aussi ses zones de fragilité.

Ainsi, si notre conjoint critique la qualité du repas, l’ordre dans la maison ou même notre tenue alors que nous recevons  des invités, cela parle beaucoup plus de ses besoins de faire bonne impression et de ses peurs d’être jugé que de nous ou de nos qualités d’hôte(sse).

Si, lors d’une soirée, notre partenaire nous adresse des mots durs parce que nous avons trop parlé avec d’autres personnes et que nous ne sommes pas assez resté à ses côtés, cela parle plus de ses peurs d’être abandonné que d’une réelle faute de notre part.

Si notre chéri(e) nous mange le nez à son retour du boulot, cela parle certainement plus de son stress de la journée que de nous et de comment nous sommes.

 

CELA PARLE AUSSI DE NOUS

Et pourtant, nous nous sentons coupables, responsables, blessés plus souvent que nécessaire. Nous nous posons des questions sur notre comportement, notre façon d’être ou encore  nous nous justifions afin de trouver grâce à nos propres yeux.

C’est que ce que l’autre dit à notre sujet, vient souvent toucher un point sensible. Si notre partenaire critique notre nouvelle déco particulièrement originale, alors que nos parents, toute notre enfance, ont dévalorisé nos talents artistiques, nous risquons de nous effondrer.

Il se peut aussi que la moindre remarque négative vienne  faire écho à une éducation exigeante où ce que nous faisions n’était jamais assez bien.

Inconsciemment, même si nous protestons vigoureusement, nous donnons souvent notre accord aux attitudes ou remarques désobligeantes. Nous acceptons que celles-ci nous impactent et distillent leur poison émotionnel.

Pourtant, si quelqu’un venait se moquer de nus en nous en affirmant que nos cheveux verts sont vraiment affreux, nous hausserions les épaules en nous disant que cette personne ferait bien d’aller chez l’oculiste ! Si nous nous laissons blesser et déstabiliser  par les remarques de l’autre, c’est qu’une partie de nous accepte d’y croire.

 

VERS L’INDEPENDANCE EMOTIONNELLE

En fait, nous ne sommes pas responsable de ce que notre conjoint vit, pense ou ressent ! Face à une même situation, un grand nombre de réactions sont possibles.

 Reprenons l’exemple  de couples se rendant ensemble à une invitation où chacun passe sa soirée de son côté en discutant avec les autres convives. Certains seront affligés et blessés par l’éloignement, d’autres seront ravis de passer un moment privilégié avec des amis qu’ils n’ont plus vu depuis longtemps, d’autres encore adopteront une attitude relativement neutre en se disant que les circonstances n’ont pas favorisé un rapprochement.

En fait, les événements sont neutres. Chacun va les interpréter à sa façon en fonction de sa sensibilité. Nous n’avons pas de pouvoir, pas de contrôle sur ce que l’autre pense. C’est pourquoi Don Miguel Ruiz, auteur des 4 accords toltèques, affirme : « Ce qu’autrui pense, ressent est son problème, pas le nôtre ».

Si nous faisons une affaire personnelle de tout ce qui nous arrive, de tout ce que l’autre dit ou fait, nous devenons une proie facile pour les prédateurs. Nous formons une cible parfaite pour la manipulation, nous allons vite nous laisser déstabiliser par les remarques de l’autre, nous risquons de nous détourner de notre propre chemin, de nos propres envies pour ne pas déplaire à l’autre,.

Cela ne veut pas dire que nous devons rester insensible à tout ce que l’autre vit ou pense mais qu’il convient de passer ses paroles ou sa vision des choses à notre propre crible. En psychologie, c’est ce qu’on appelle être en « référence interne ». Par exemple, nous nous faisons traiter d’égoïste par notre partenaire, parce que nous passons  certaines soirées à l’extérieur. A nous de réfléchir, si ce temps est juste pour nous parce qu’il permet de recharger nos batteries et de retrouver notre couple avec bonheur ou s’il y affectivement un déséquilibre dans le temps de qualité consacré au couple.

Quand l’autre nous envoie une flèche, nous avons le droit de la prendre ou de ne pas la  prendre. Si nous choisissons de la réceptionner, nous pouvons aussi l’examiner et décider seulement alors si nous la gardons ou si nous la remettons à son expéditeur !

 

Prendre tous les dires et agissements de notre conjoint de façon personnelle nous amène souvent à surréagir. Ce dernier peut à son tour prendre nos remarques trop à cœur et… c’est l’escalade.

Je vous invite donc à prendre du recul par rapport aux réactions de votre partenaire. Rappelez-vous que c’est probablement sa partie blessée qui s’exprime. Laissez-lui le droit d’avoir sa propre sensibilité et ses propres pensées. Et surtout, s’il vous envoie une flèche, arrêtez-là avant qu’elle ne vous envoie son poison dans le cœur. Soignez votre image de vous et ne laissez pas l’autre la ternir. Mettez vos limites si nécessaire.

 

Vous pourrez découvrir bientôt les deux derniers accords toltèques dans mon  prochain article : « Mieux vivre en couple grâce à la sagesse toltèque (3)»

                                                                                        

 

Besoin d’aide ?

Si vous sentez que votre sensibilité est excessive et que vous avez tendance à prendre tout à cœur sans pouvoir faire la part des choses, je peux vous aider à prendre du recul et à reprendre confiance en vous.

En savoir plus : https://www.psythonon.be/therapie-individuelle

 

Si les petites remarques assassines ou les critiques sont trop souvent présentes dans vos échanges conjugaux et  que vous n’arriviez plus à vous parler sereinement, je peux aider votre couple à communiquer plus posément.

En savoir plus : https://www.psythonon.be/therapie-couple

 

Pour me contacter : https://www.psythonon.be/contact