Blog

Article posté le vendredi 1 mars 2019

Les bienfaits du doute

Bien souvent, nous doutons de nous-mêmes et de nos capacités. Nous admirons ces gens qui semblent vraiment sûrs d’eux et nous voudrions leur ressembler. Et si cette habitude de douter était en fait une vraie capacité ?

Bien souvent, nous doutons de nous-mêmes et de nos capacités. Nous admirons ces gens qui semblent vraiment sûrs d’eux et nous voudrions leur ressembler. Et si cette habitude de douter était en fait une vraie capacité ?

Je me souviens de ma prof de grec qui, en 5°secondaire, nous répétait inlassablement : « Ayez l’esprit critique. Ne croyez pas quelque chose simplement parce que c’est écrit ». Cet enseignement a pour moi été précieux. Cela m’a permis de prendre du recul par rapport à tout ce qu’on peut entendre actuellement, que soit dans la presse écrite,  les médias ou les réseaux sociaux.

Le doute permet aussi de ne pas céder trop facilement aux manipulations et propositions de toutes sortes dont nous nous faisons régulièrement l’objet dans notre société, que ce soit dans un cadre commercial ou à titre plus personnel. Il nous permet d’écouter cette petite voix à l’intérieur de nous qui nous dit : « Attention, danger ! » et nous permet ainsi de faire les choix les plus justes pour nous au quotidien.

Le doute est aussi cette faculté qui nous permet de remettre toujours en question. Plutôt que de nous asseoir sur nos lauriers, bardés de certitudes, le doute nous invite à nous améliorer et  à nous ouvrir à d’autres points de vue. Il nous permet ainsi d’évoluer tant d’un point de vue personnel et relationnel que par rapport à différentes compétences. La remise en question peut s’associer à une soif d’apprendre et de découvrir, qui nous ouvre à de nouveaux horizons et nous rend plus vivants !

C’est bien  beau tout cela, me direz-vous, mais que faire quand, rongé par le doute, vous êtes paralysé par la peur de ne pas être à la hauteur ou de ne pas y arriver ? Eh bien, justement, utilisez cet allié précieux qu’est le doute. Quand des pensées comme « Je suis nul(le) », « Je n’y arriverai pas » apparaissent, faites comme en homéopathie, traitez le mal par le mal !

Quand vous vous dites par exemple : « Je suis nul », doutez ! Posez-vous les questions suivantes : Est-ce vrai, est-ce vraiment vrai ? Est-ce toujours vrai ? N’y a-t-il pas des situations dans votre vie où j’ai  pu démontrer mes compétences et ma valeur ? Prenez du recul par rapport à cette petite voix qui vous dénigre et vous regarde par le mauvais côté de la lorgnette et osez la confiance. Osez  vous rappeler toutes ces choses, grandes ou petites, que vous avez réussies et les ressources que vous avez utilisées pour les mener à bien.

Le doute, en fait, est l’ami de la confiance. Il vous invite à  questionner  vos certitudes, dans certaines situations ou par rapport à certains projets. Il vous permet de peaufiner votre idée pour créer quelque chose d’encore meilleur ! Mais le doute seul, en fait ne vaut rien. Si vous n’écoutez que lui, vous allez déprimer au fond de votre lit en n’osant rien entreprendre ! La confiance seule comporte certains risques aussi. Imaginez-vous vous lancer tambour battant dans une entreprise en étant convaincu que vous êtes  beau, fort, intelligent et que tout vous réussit ? Cela ne comporte-t-il pas un certain risque de plantage… ?

En fait, nous sommes parfaits. Nous avons la faculté de douter et la faculté de nous faire confiance et c’est en utilisant  ces 2 magnifiques outils à bon escient que nous pouvons aller vers notre meilleur ! En tenant la main du doute d’un côté et celle de la confiance de l’autre côté, go ! Allons de l’avant avec de l’amour pour toutes les parts de nous. Ce sont nos parts d’ombre et de lumière qui font notre richesse et notre unicité.