Les causes

Les causes du burn-out sont  toujours multifactorielles. Si l’individu a sa part de responsabilité dans son burn-out, il serait injuste  de lui en attribuer la seule faute. Le burn-out est en effet indissociable du contexte de travail et il s’inscrit également dans une nouvelle dynamique de société.

Les causes sociétales

Il n’est de secret pour personne que le monde du travail a bien changé depuis ces 20-30 dernières années. La mondialisation, l’arrivée d’Internet ont eu un impact important sur le fonctionnement des entreprises. La concurrence accrue a incité ces dernières à revoir leurs objectifs de productivité à la hausse tout en réduisant les coûts au maximum. Les effectifs ont donc été réduits et ce, même dans les services publics. Le nouveau leitmotiv devient donc : FAIRE PLUS AVEC MOINS

Les causes liées à l’entreprise

Intensification du travail

Suite aux changements sociétaux, le rythme de travail s’est accéléré : toujours plus de tâches à traiter avec moins de temps pour le faire et moins de personnel. Les instruments de contrôle permettant de vérifier la productivité se généralisent. Le travailleur est sous pression.

Débordement de la vie professionnelle sur la vie privée 

Avec les nouvelles technologies, le travailleur devient joignable à tout moment. Il peut avoir accès à ses messages et à ses mails 24h/24, WE compris. Cela le maintient dans un état d’alerte permanent, ce qui augmente le niveau de stress. Le télétravail, bien que pratique, contribue aussi à l’effacement de la frontière entre la sphère privée et la vie professionnelle. Le domicile n’est plus ce havre où le travailleur peut se ressourcer et mettre entre parenthèses ses préoccupations professionnelles.

Problèmes de management 

  • Excès ou insuffisance de directives
  • Manque de cohérence entre les différents intervenants ou les décisions à appliquer
  • Mauvaise transmission des informations
  • Manque de clarté par rapport aux tâches à effectuer et par rapport au rôle de chacun
  • Perte de vision à long terme : on travaille dans l’urgence au lieu de s’atteler à ce qui est réellement important
  • Manque de moyens par rapport aux objectifs à atteindre

Facteurs relationnels 

  • Difficultés relationnelles avec une ou plusieurs personnes sur le lieu de travail
  • Harcèlement moral

Manque de reconnaissance et de soutien

Tout être humain a besoin de reconnaissance. Un merci, une valorisation du travail accompli voire même une promotion permettent au travailleur de nourrir ce besoin essentiel. Or, l’univers professionnel est devenu froid et exigeant. La critique est prompte et l’accent est plus souvent mis sur ce qu’il reste à faire. A cela, viennent souvent s’ajouter un manque de perspectives d’avenir et une insécurité latente: le candidat sait qu’il est sur un siège éjectable. Ces différents éléments démotivent les salariés et les rendent plus sensibles à l’épuisement professionnel.

Perte de sens

Les valeurs de l’individu entrent en conflit avec les valeurs de l’entreprise. Le salarié peut se sentir en désaccord à différents niveaux : par exemple, le manque de vision à long terme, l’accent mis sur la rentabilité au détriment de la qualité, la déshumanisation des soins,… Le manque de reconnaissance décrit ci-dessus peut aussi entraîner une perte de sens

Ennui

Le manque de travail, l’ennui provoqué par des tâches répétitives peuvent aussi conduire à l’épuisement. L’absence de défis et le manque d’intérêt de la fonction provoquent l’épuisement professionnel par ennui. On parlera alors de bore-out.

Les causes individuelles

Surcharge liée à l’environnement familial

L’individu arrivait à conjuguer vie privée et vie professionnelle puis un ou plusieurs événements viennent compromettre cet équilibre parfois fragile : l’arrivée d’un enfant, des travaux de rénovation dans la maison, la maladie d’un proche, un enfant avec des soucis de santé ou en décrochage scolaire, des conflits conjugaux, une séparation,… Ces éléments viennent alourdir un emploi du temps souvent déjà bien rempli. La personne se met alors à négliger les temps de repos et glisse doucement vers l’épuisement.

Fragilité liée à notre histoire personnelle

Notre famille nous a légué certains modes de fonctionnement, certaines valeurs et croyances (par exemple « Sois fort » ou encore « Sois parfait ») qui peuvent nous rendre plus vulnérable face aux exigences du monde professionnel. Des blessures issues de notre enfance vont nous rendre plus dépendant du regard d’autrui. Notre soif de reconnaissance risque alors d’entraver notre capacité à poser nos limites (aux autres comme à nous-même).

Personnalité

Les personnes idéalistes, perfectionnistes et avec un haut sens des responsabilités sont plus susceptibles de vivre un épuisement professionnel.

Pour schématiser, le burn-out est la maladie du  « trop » et du « pas juste ».

Un « trop » lié  un excès de travail ou de choses à gérer.

Un « pas juste » car la personne n’est plus en accord avec elle-même et ses valeurs.