Les 3 symptômes majeurs du burn-out

L’épuisement

Le premier grand symptôme indicateur de burn-out est une fatigue intense. Celle-ci a des répercussions tant au niveau physique que sur le plan émotionnel et même cognitif.

Manifestations physiques :

La personne se sent complètement vidée. Elle n’a plus aucune énergie et n’arrive plus à récupérer même après s’être reposée. Le corps, qui a épuisé toutes ses réserves, manifeste son mal-être :

  • sommeil perturbé : difficulté à s’endormir, réveils nocturnes,…
  • douleurs au dos, à la nuque, aux épaules, aux bras, à la tête, …
  • troubles cardiaques : hypertension, palpitations, douleurs dans la poitrine, …
  • troubles digestifs : douleurs dans l’abdomen, digestion difficile, nausées,…
  • troubles de l’alimentation : repas décalés ou oubliés, modification de l’appétit,…
  • baisse de l’immunité : infections à répétition,...
  • pertes d’équilibre, vertiges
  • déséquilibres hormonaux : cycle perturbé,…

Manifestations émotionnelles :

La personne n’arrive plus à gérer ses émotions : elle s’énerve, devient agressive ou fond soudainement en larmes (il se peut aussi, qu’à l’inverse, elle ne ressente plus aucune émotion). Elle éprouve de la difficulté à gérer un fait anodin, tout devient une montagne et elle a de plus en plus de mal à s’adapter aux changements. Une forme d’anxiété se dessine souvent en toile de fond.

Symptômes cognitifs :

  • Troubles de la concentration
  • Oublis, distractions, erreurs
  • Confusion
  • Difficulté à prendre des initiatives
  • Difficultés de jugement

Ce premier symptôme, l’épuisement, est le plus révélateur du burn-out. La plupart des personnes s’arrêteront là et ne vivront pas nécessairement les deux autres symptômes qui correspondent généralement à un stade plus avancé de la maladie.

Le désinvestissement de la relation à l’autre

Ce deuxième volet est une conséquence directe du précédent. La personne, épuisée, n’arrive plus à gérer ses propres affects et encore moins ceux des autres ! Etre en relation avec autrui devient difficile : la personne devient froide et distante, elle perd ses capacités d’empathie, elle semble se désintéresser de plus en plus des autres et de ce qu’ils vivent. On peut observer une forme d’isolement social. Ceci est particulièrement frappant chez les soignants : on assiste à une déshumanisation de la relation avec les patients, une forme de cynisme à leur égard fait son apparition. Le plaisir de la rencontre, l’altruisme ont disparu.

Sentiment d’échec professionnel

Le troisième stade du burn-out est marqué par la dévalorisation. La personne constate une perte d’efficacité au travail. Elle se met à douter de ses compétences et se demande si elle est encore capable de faire du bon travail. Elle se sent de moins en moins à la hauteur. Elle a l’impression d’avoir échoué dans ce qui lui tenait le plus à cœur : elle se sent désormais inutile aux autres et culpabilise. La personne n’éprouve plus le sentiment de se réaliser au travail. Il s’ensuit donc une perte de sens et une frustration importante.

Ces différents éléments entraînent une démotivation vis-à-vis du travail voire même un dégoût de celui-ci. Différentes réactions sont alors possibles : la personne se met à fuir le travail ou à s’absenter de plus en plus régulièrement. Elle peut aussi pallier son sentiment d’inefficacité en passant de plus en plus d’heures au travail.