Le burn-out, un processus évolutif

Un burn-out ne survient pas d’un coup. Il est précédé de différents signes annonciateurs tant émotionnels (irritabilité, émotivité accrue,…) que physiques (douleurs et troubles divers, malaises). Une fatigue importante commence à se faire sentir et le sommeil peut être perturbé. Il peut y avoir également des  dysfonctionnements au niveau intellectuel : difficulté à se concentrer, distraction, pertes de mémoire.

Tout à son enthousiasme pour  son travail ou sous la pression qu’il subit, le candidat au burn-out est souvent dans le déni : il fait la sourde oreille aux différents signaux d’alarme que son corps lui envoie. Il pense qu’il suffira d’un peu de courage et de bonne volonté et que bientôt, il n’y paraîtra plus.

Il est important d’être attentif à ces premiers symptômes et de redresser la barre suffisamment rapidement afin de ne pas tomber dans le burn-out complet. En effet, le dernier stade du burn-out laisse la personne dans un état d’épuisement physique et émotionnel extrême qui peut nécessiter de longs mois de récupération. La personne n’est tout simplement plus capable de travailler.